[./acceuil.html]
[./origine.html]
[./pourquoi-chanter.html]
[./principe-26-objectif.html]
[./prestations.html]
[./contact-devis.html]
[http://book.my-guestbook.net/book.php?id=9662]
[http://www.karaokedetente.net]
[./origine.html]
[./acceuil.html]
[./origine.html]
[./pourquoi-chanter.html]
[./principe-26-objectif.html]
[./prestations.html]
[./contact-devis.html]
[./materiels.html]
[http://book.my-guestbook.net/book.php?id=9662]
[Web Creator] [LMSOFT]
- Création Bruno avec Web Creator Pro 5 - @copyright 2008/2010 - Groupe Karaoké Détente - Tous droits réservés - SIRET : 500 087 283 00 15 -
- La totalité des photos & vidéos sur ce site appartiennent à Karaoké Détente - Copie & reproduction interdite -
Le Karaoké
Le terme « Karaoke » est issu de l’abréviation de deux termes japonais: « Kara », originellement karappo, signifie « vide », tandis que « Oke » (okesuture) signifie « orchestre ». L’association de ces deux termes signifie qu’il peut aussi bien s’agir d’un groupe jouant sans chanter que d’une bande musical instrumental.
Aujourd’hui, « Karaoke » (Francisé en «Karaoké ») désigne aussi bien l’activité elle-même que l’équipement vidéo ou le lieu qui l’abrite.
C’est au Japon que l’on s’accorde à situer les origines du karaoké moderne. Selon une première version, le propriétaire d’un restaurant invitait des musiciens à jouer. Si l’un d’entre eux venait à manquer, le patron le remplaçait par une bande sonore qui permettait aux personnes présentes dans la salle d’y ajouter leurs chants. Selon la seconde version, lorsque le chanteur ne pouvait se produire, le patron invitait tout simplement l’un de ces clients à prendre le micro.
Il reste toujours très prisé par les japonais pour des raisons d’origine culturelle et historique. Autrefois, après un repas collectif par exemple, on débutait la fête par un chant. L’un des convives se levait et paradait parmi ses camarades en entamant un air, gai de préférence, voire paillard, tandis que les invités marquaient en tapant des mains.
On peut imaginer que chaque recoin du globe, quelle que soit l’époque, a pu avoir recours à un principe similaire du karaoké pour égayer soirées, veillées et autres cérémonies. Ce principe est inhérent à la convivialité et aux festivités.
Au sens strict du terme, tel qu’on l’entend aujourd’hui, la naissance du karaoké semble être apparue vraisemblablement dans les années 60. Réservé dans un premiers temps aux plus favorisés (patrons ou cadres), le karaoké s’est à peu démocratisé, délaissant la cadre exclusif des bars et restaurants huppés.